Bienvenue à Venise : Découverte de Venise sur le Grand canal

Une immense voie d’eau qui dessine un «S» à l’envers, en coupant la ville en deux. Ce «S» s’étire sur au moins 3.800 mètres sur une largeur qui varie de 30 à 70 mètres et une profondeur d’environ 5 mètres. Merveilleuse artère ondoyante, tantôt limpide et paisible, tantôt écumante, parfois sombre, selon l’humeur du ciel et des saisons, Le ((Canal Grande» impressionne ceux qui e parcourent par sa spectaculaire couronne de superbes palais de toutes les époques et de tous les styles, tantôt estompés comme des taches de couleur, tantôt imposant leur massive monumentalité architecturale.

Mais il n’y a pas que les palais pour capter l’attention du visiteur le plus distrait, il y a aussi tout ce qui donne sur le Canal: humbles maisonnettes, petites places, la pénombre d’un ((rio», un petit jardin dérobé à l’envahissement de l’eau, un portail noirci et usé, tout ce qui fait qu’il n’est pas difficile de comprendre l’admiration que cette voie d’eau a suscitée au cours des siècles chez les poètes, les peintres, les musiciens, de Byron à Foscolo, de Canaletto à Canova et à Wagner, qui pour la plupart eurent leur demeure sur ses bords.
Immédiatement, sur la gauche, on trouve la Stazione di Santa Lucia. La »stazione» (gare) tire son nom d’une église palladienne préexistante qui fut démolie au milieu du siècle dernier, justement en vue du projet de construction d’une voie ferrée qui unirait Venise à la terre ferme. .

Le pont du chemin de fer fut inauguré en 1846. Sa construction fut très laborieuse: il comporte 225 arches et repose sur au moins 75.000 pilotis enfoncés dans le fond de la lagune. La gare actuelle est de construction relativement récente, elle fut en effet inaugurée en 1954. De la Stazione di Santa Lucia, en allant vers le bassin de San Marco, on trouve tout de suite sur la droite l’église San Simeone Piccolo dite aussi San Simeone e Giuda. Ce qui frappe immédiatement dans cette église, c’est la coupole à la caractéristique couleur verte due à son revêtement en cuivre qui couvre également la lanterne surmontée d’une statue du Christ Rédempteur. L’église offre sur la façade un large escalier qui va presque jusqu’à toucher l’eau du Grand Canal.

L’entrée est précédée d’un pronaos du XVllle siècle de style néo-classique, oeuvre de Giovanni Scalfarotto, avec des colonnes corinthiennes et un majestueux tympan sculpté avec des scènes du martyre des saints Siméon et Judas, oeuvre du sculpteur Francesco Penso. Le premier pont que l’on rencontre en allant vers San Marco est le pont degli Scalzi, dit aussi pont della Stazione. Il fut construit en blanche pierre d’lstrie en 1934 d’après un projet d’Eugenio Miozzi en remplacement d’un pont de structure métallique érigé en 1858 par l’administration lombardo-vénitienne. Il s’agit d’une construction à une seule arche, érigée en un point où entre les deux berges du canal s’étendent environ 40 mètres, sa hauteur à partir du niveau de l’eau, au milieu, est d’environ 7 mètres. A la hauteur du pont, sur la rive gauche se dresse, majestueuse sur les fondamenta degli Scalzi, la façade baroque de l’église Santa Maria di Nazareth ou degli Scalzi. En gardant le regard sur la rive gauche, on saisit l’abside et le campanile de l’église San Geremia, construite au Xllle siècle et refaite en 1760,.

Le campanile roman est l’un des plus anciens de la ville (Xllle siècle). A côté de l’église s’élève le palais Labia, grandiose demeure patricienne du XVllle siècle, dont l’intérieur est décoré de fresques de Tiepolo. Dans un angle on peut voir la statue de St Jean Népomucène élevée sur l’ordre d’une noble dame de la famille Labia. Toujours sur la rive gauche, à la hauteur de la statue de St Jean Népomucène s’ouvre le canal de Cannarégio, le plus grand de VeniSe après le Grand Canal. Plus loin sur la droite apparaît l’un des exemples les plus caractéristiques de construction vénéto-byzantine, le Fondaco dei Turchi, complètement (et très arbitrairement) reconstruit au siècle dernier sur l’emplacement d’une construction des Xlle-Xllle siècles, siège de représentation et magasin des marchands levantins. Aujourd’hui il abrite le Musée d’histoire Naturelle

Pourquoi la Bretagne reste toujours la destination n°1 des Français
France : comment trouver une location en bord de cher au meilleur tarif ?