La grosse cloche du cours Victor Hugo

Beffroi de ville dès le XVe siècle et placé entre l’église communale saint eloi et l’ousiau de villa, l’hôtel deville (aujourd’hui disparu), la grosse cloche a longtemps rythmé la vie des bordelais. Transformé aux XVIe et XVIIIe siècles (l’horloge date de 1759), l’ensemble sévère s’élève à 41 mètres de haut, deux tours rondes reliées entre elles et dominées par le léopard d’or ayant remplacé la vieille porte saint eloi ouverte sur le rempart du XIIIe siècle et sous laquelle passaient les pèlerins de saint jacques en route pour compostelle. A l’origine cette porte saint eloi dite, aussi, porte saint james, était un ensemble de quatre tours rondes auxquelles furent adjointes, au XIIe siècle, deux autres tours et ne s’élevait que d’un étage. Toutes les modifications successives effectuées entre le XVe et le XVIIe siècle transformeront la physionomie primitive de cette porte devenue beffroi, le clocher du ban communal lui ayant été adjoint dès le XVe siècle. Modification en 1561 quand, enlevée aux bordelais par le roi henri II et brisée pour les punir de leur révolte de 1548, la cloche revient pour la plus grande joie du bon peuple.

Transformation encore après l’incendie de 1755 quand crénelage et campanile viennent couronner les tours couvertes en forme de poivrière. Au centre de la grille en fer forgé (XVIII siècle) qui ferme la baie dans laquelle se trouve la cloche, un écusson représente les armes de la ville tandis que, face nord, des gargouilles grimaçantes du XVe siècle subsistent avec, au-dessous, des inscriptions gravées sur marbre noir et datées de 1592. Quant à l’horloge de 1759 réalisée par l’astronome Larroque elle a remplacée celle de 1567 exécutée par Raymond Sudre. Beffroi et cloche figurent toujours dans les armes de Bordeaux.

L’histoire de Bordeaux
Le grand théatre place de la Comédie