Voyages et vacances à Bordeaux : Porte Aquitaine

Quand Tourny a supprimé les portes médiévales, il a fait démolir celle qui s’ouvrait, au sud de la rue Sainte Catherine, et remplacé les quatre tours rébarbatives flanquant la porte gothique par un véritable arc de triomphe dû au talent de Portier et qui, depuis, a pris le nom de porte d’aquitaine afin d’honorer le second fils de la Dauphine, le duc d’Aquitaine. La porte d’aquitaine est ornée, d’un côté, des armes royales et de dieux marins enlaçant l’écusson ; de l’autre, les armes de la ville émergeant d’une coupe sur laquelle retombent fruits et fleurs.

Faite en belle pierre de Saint Macaire, percée d’une arcade de plus de onze mètres de haut et de cinq mètres de large, ornée de bossages en saillies, la porte d’aquitaine a remplacé en 1753 celle de Saint Julien datant de 1302 et qui avait pris son nom d’un hôpital voisin créé en 1231 pour soigner lépreux et pestiférés la porte d’aquitaine ouvrait le passage vers l’Espagne. De chaque côté avaient été prévus deux guichets pour le passage et le contrôle des piétons.C’est devant la porte d’aquitaine que se tenait autrefois le marché des produits venus des Landes et, du début du XIXe siècle à juillet 1841, on put assister, sur la place, aux exécutions capitales qui attirèrent Goya durant son séjour à bordeaux.

Au premier plan, la colonne d’Ivan Theimer inaugurée le 20 juin 2005 en présence d’Alain Juppé.

L’histoire de Bordeaux
Le grand théatre place de la Comédie