Bienvenue sur Delos, site archéologique unique

Délos est un immense champ de fouilles, auquel on accède en débarquant sur la côte N.O., à l’endroit même où se trouvait jadis le port antique. Les principales constructions que l’on rencontre en partant du port sont les suivantes :

Région du Sanctuaire : L’Agora des Compétaliastes ou des Hermaïstes, centre des commerçants d ‘Italie, fondé au IIe s. av. J.C. Les Compétalistes étaient d’anciens esclaves et affranchis italiens qui adoraient les Lares des carrefours.La voie antique qui se dirige d’abord vers l’E., puis vers le N., est délimitée, à gauche, par le Portique de Philippe (construit en 210 av. J.C. par Philippe de Macédoine et consacré à Apollon et, à droite, par le Portique Sud, érigé au IIIe s. av. J. C. par les rois de Pergame. A l’E. du Portique Sud s’étend l’Agora des Déliens, appelée aussi Portique Tétragone .

Sanctuaire d’Appolon : Au N. E. du Portique de Philippe se trouve le Sanctuaire d’Apollon. L’entrée principale du sanctuaire se trouvait au sud, où subsiste le propylée, tel qu’il était au IIe s. av. J.C. A droite de celui-ci, l’Oikos des Naxiens (fin du VIIe – début du Ve s. av. J.C.), consacrée à Apollon par les habitants de Naxos. Contre son mur nord, on remarque la base où se dressait la statue colossale d’Apollon, de quelque 7m. de haut (offrande, elle aussi, des Naxiens), et devant laquelle s ‘ouvre la Voie Sacrée, bordée de socles de monuments votifs. A l’O. de l’Oikos des Naxiens se dresse le Portique des Naxiens (milieu de VIe s. av. J.C.). Elle abritait probablement un vieil autel fait de cornes, autour duquel Thésée aurait dansé le “yeranos” à son retour de Crète.

Au N. E. du Portique de Philippe et à l’E. de l’Oikos des Naxiens gisent les ruines des trois temples d’Apollon, disposés l’un à côte de l’autre. Le plus ancien est le “Pôrinos Naos” (Temple de Tut), construit par les Athéniens au cours du troisième quart du VIe s. av. J. C. Celui du milieu, en marbre pentélique et d’ordre dorique, lui aussi, érigé par les Athéniens en 425 av. J. C. Le troisième temple, qui est le plus grand et le plus au sud, domine au centre du sanctuaire.

Sa construction, commencée par les Athéniens en 478 av. J. C., fut achevée par les Déliens à la fin du IVe s. av. J. C., ce qui explique qu’il soit appelé “Temple des Déliens”. C’est le seul temple périptère de l’île. Au N. des temples d’Apollon, on remarque cinq édifices en forme de petits temples : les Trésors, qui abritaient les offrandes faites au dieu par différentes cités. Certains d’entre eux servaient peut-être d’auberges ou de restaurants pour les pèlerins. A I ‘E. des Trésors, le Prytanée, édifice du Ve s. av. J. C. où siégeaient les prytanes, et à l’E. de ce dernier, un curieux édifice oblong, appelé Monument des Taureaux (IVe s. av. J. C.).

Région du Lac Sacré : au N. du sanctuaire d’Apollon, on rencontre l’Agora des Italiens, la plus vaste construction de l’île, qui servait de lieu de réunion aux colons italiens de Délos, le Dodékathéon, sanctuaire consacré aux 12 dieux de l’Olympe et le Letôon, temple du VIe s. av. J. C. consacré à la mère d’Apollon et ayant la particularité d’être tourné vers le sanctuaire d’Apollon. La rue passant à côte du Letôon conduisait, vers le nord, à la Terrasse des Lions, offrande des Naxiens (VIle s. av. J. C.).

Sur les neuf- ou peut-être davantage – lions qui devaient exister dans l’antiquité, il n’en reste plus aujourd’hui que cinq. Au N. O. de la T errasse des Lions, on trouve l’Etablissemnt des Poseidoniastes, centre de marchands de Beyrouth qui adoraient Poséidon, et au N.E. les deux palestres : la Palestre du Lac et la Palestre de Granit.A l’O. de la Terrasse des Lions s ‘e tend le Lac Sacré, aujourd’hui asséché, appelé par Hérodote “trochoïde” en raison de sa forme qui rappelle une roue.

Quartier Nord : Au N. du sanctuaire, on visitera le quartier Nord de la ville antique, dont les maisons les plus importantes sont celles dites du Diadumène, du Lac, de la Colline, des Acteurs, des Tritons. Le Gymnase et le Stade sont situés dans la partie N. E. de l’île.

Quartier du Théâtre : Au S. du sanctuaire, s’étend le quartier du théâtre, où l’on a découvert des maisons aux pavements de mosaïque (maisons des Dauphins, des Masques, du Trident, de Dionysos).Au N.O. de la maison des Masques, ruines du théâtre, édifice du lIe s. av. J.C. pouvant accueillir environ 5500 spectateurs.

Région du Cynthe : A l’E. du quartier du théâtre, on découvre les sanctuaires des divinités étrangères, c’est-à-dire le Serapeion (A-B-C) des divinités syriennes et égyptiennes, ainsi que le Cabirion. A droite du sanctuaire des divinités égyptiennes se trouve l’Héraion (temple dédié à Héra), d’où part un chemin menant au sommet du Cynthe, sur lequel se dressaient les sanctuaires de Zeus et d’Athéna Cynthiens et où l’on à découvert des vestiges d’un établissement préhistorique.

A 1 km environ au sud du port sacre, dans la baie de Phourni, gisent les ruines du sanctuaire d’Asclepios, parmi lesquelles on remarque un temple d’ordre dorique, un trésor, un propylée, le bâtiment où logeaient les malades et un restaurant.

Musée de Délos : La salle centrale abrite des sculptures archaïques. Dans la salle nord, on peut voir des mosaïques, des fresques, des objets à usage domestique, et dans la salle sud, de la céramique datant des temps préhistoriques jusqu’au IVe s. Le musée abrite également des sculptures d’époque hellénistique, des stèles funéraires provenant de Rhénée, des mosaïques et des fresques.

Delos archéologique