La célèbre crique sa Calobra a Majorque

Publié le : 16 juillet 20193 mins de lecture

À env. 70 km au N.-E. de Palma de Majorque, Sa calobra est une aire qui contient l’une des formations naturelles les plus belles et surtout spectaculaires de l’île de Majorque. A côté impressionnantes falaises rocheuses de 400 mètres d’altitude qui donnent la sensation d’être des authentiques portes naturelles, vous trouvez au fond de la vallée une petite et jolie plage d’eaux cristallines.

Sa calobra sa calobra, avec sa plage encaissée entre de hautes falaises est un lieux somptueux. Ne manquez pas la descente vertigineuse jusqu’à la mer. En 14 km de virages acrobatiques, on gravit un dénivelé de plus de 800 m. La route s’élève en passant près des hautes barrières rocheuses du Puig de Massanella. Vous traversez ensuite une vallée très encaissée, couverte de forêts de chênes et de pins. La route passe entre deux énormes rochers, au-dessus d’un précipice, dit saut de la Bella Dona. Du salto, le panorama est grandiose.

Un grand bassin s’étale aux pieds du perron. En revenant au trajet commencé sur la côte nord ouest, vous vous retrouvez devant des paysages aux caractéristiques singulières. Une route assez compliquée et sinueuse qui forme ce que l’on appelle le «noeud de cravate» vous conduira jusqu’à sa calobra, avec une crique de même nom, géographiquement enfermée par le Morro de sa Vaca et celui de Ses Telles. Elle possède une tour de défense ou tour de sa calobra, connue aussi sous le nom «del Bosc» (du bois) ou Penya Roja (rocher rouge), construite en 1596.

Cependant, l’endroit le plus extraordinaire de la zone et un des plus appréciés de toute l’île, est le Torrent de Pareis. Son cours d’eau provient de l’union des torrents du «Gorg Blau» et du «Gorg de LIuc» et avance durant 4 km emprisonné par de hauts murs, ou défilés rocheux, de 360 à 400 mètres de hauteur et entre lesquels il n’existe quelques fois que 30 mètres de séparation. Ses murs sont tellement hauts et la gorge est tellement étroite qu’il y a des recoins, comme celui dit «Sa Fosca» (l’obscurité), qui ne voient jamais la lumière.

Le torrent ne s’élargit qu’en arrivant à la mer où il forme une très belle crique. C’est dans cet endroit paradisiaque que vécut durant trois ans, de 1901 à 1903, le peintre Joaquim Mir. Dans son étape majorquine, ce grand artiste commença sa ligne picturale la plus échevelée et fantastique, aussi bien en ce qui concerne les formes que les couleurs, complètement absorbé par le paysage de cette zone de l’île. C’est là qu’il trouva son style le plus personnel. Tout ceci se retrouve dans l’un de ses plus extraordinaires tableaux: El roc de l’Estany, actuellement au Musée d’Art Moderne de Barcelone.

Pollenca, un site à Majorque bien préservé
Palma de Majorque

Plan du site